Ciné-club Coffignon - Vivement Dimanche !




FICHE TECHNIQUE

​Titre original

Vivement Dimanche !

Année

1983

Genre

Policier, Comédie

​Nationalité

Française

​Durée

1h50

​Réalisateur

François Truffaut

​Scénariste

Jean Aurel, Suzanne Schiffman, François Truffaut, Charles Williams

​Interprètes

Fanny Ardant, Jean-Louis Trintignant, Jean-Pierre Kalfon, Philippe Laudenbach


SYNOPSIS


Agent immobilier sans histoires, Julien Vercel voit sa vie basculer du jour au lendemain quand son épouse et l'amant de celle-ci sont assassinés. Suspecté par la police, Julien se cache dans son arrière-boutique car il souhaite demeurer libre pour mener sa propre enquête. Barbara, sa secrétaire, décide d’aider à innocenter Julien dont elle est secrètement amoureuse. Ses investigations, notamment dans le passé de Marie-Christine, la mènent sur différentes pistes dont certaines se révèlent particulièrement dangereuses.



UN DUO ICONIQUE ET L'HOMMAGE À UNE ICÔNE


Vivement Dimanche ! est un film qui présente deux personnages principaux, Julien et Barbara qui constituent un duo chamailleur. L’un au caractère bourgeois conventionnel et colérique fait face à l’espièglerie et l’élégance de Barbara. Le contraste entre cet agent immobilier et sa secrétaire nourrit l’alchimie de leur relation. Tout au long du film on assiste à l’évolution de ce couple, allant de la distance professionnelle à un affectueux respect. Barbara finit par prendre le dessus sur Julien qui la prenait pour une gourde depuis le début. Trintignant et Ardant jouent au même jeu de séduction qu’avant eux Bogart et Bacall ou Cary Grant et Ingrid Bergman. Leur complicité est évidente et leur charme intemporel. Le film est porté par ses personnages, moteurs du récit tant au premier degré que dans leur caractère et ce qu’ils ont de pétillant. Le contraste entre Trintignant bloqué dans l’agence immobilière et Ardant qui change d’environnement, d’identité avec aisance au fil de l’enquête est saisissant. Et bien que l’histoire tourne autour de Julien, accusé d’un double meurtre et obligé de se cacher, le film laisse transparaitre que c’est Barbara l’héroïne principale du récit. C’est elle que l’on voit le plus, c’est par elle que tout le film se fait et on comprend alors ce qui se joue ici. Vivement Dimanche ! est un véritable hommage à l’immense Fanny Ardant. Bien qu’adapté du roman « The long Saturday night » de Charles Williams qui déjà mettait en avant une femme détective, contrairement aux scenarios classiques, Fanny Ardant est représentée ici superbe, indépendante, irrésistible, donnant le sentiment d’un film qui ne tourne qu’autour d’elle. François Truffaut fait d’elle une icône, un personnage qui bouge si vite que tout le monde découvre la vérité avec une longueur de retard : le sens, le sérieux, le drame, les hommes.




HOMMAGE À HITCHCOCK, MÉLANGE DE FILM NOIR ET DE ROMANCE


Alors que le choix de l’utilisation du noir et blanc semblait être une option artistique suicidaire au vu des standards de l’époque, François Truffaut a voulu rendre hommage au film noir des années 1950 d’Alfred Hitchcock dont il était connu pour être grand admirateur. Truffaut disait alors : « Vivement dimanche ! s’efforcera de restituer l’ambiance nocturne, mystérieuse et brillante des comédies américaines policières qui, autrefois, nous enchantaient. Je crois que le noir et blanc nous aidera à retrouver le charme disparu. » Ce choix attribue notamment l’atmosphère souhaitée au film et retranscrit l’ambiance d’intrigue, aidée par la musique qui instaure ce climat d’effroi propre aux films noirs, une musique permettant de comprendre ce qu’il se passe. Truffaut nous livre ici un hommage brillant : il respecte d'ailleurs l'iconographie des films noirs (scènes nocturnes, climat humide, bas quartiers, femme mystérieuse…), un film sans fausse note, sans longueur, un scénario efficace, une belle réalisation. Le film reprend volontairement en caricature les codes de ces anciens films des années 1950 dans les dialogues, scénarios, jusqu’au traitement de la lumière. Cette caricature ajoute à cet autre genre que présente Vivement Dimanche ! qui est en réalité une comédie sentimentale mêlée au genre policier. Avec un registre plus léger qui tente de trouver un équilibre entre la Série B policière et la comédie enlevée, le film repose sur le mystère et la dimension ludique, plus que sur le suspense ou la tension. L’ambiance a beau être noire, on sent cependant un ton euphorique témoignant d’une comédie policière légère. On observe un décalage entre des images foncièrement inquiétantes et le comportement des personnages, faisant de Vivement Dimanche ! le polar de Truffaut le plus drôle et le plus facétieux, le plus « glamour » aussi. Il joue avec les conventions et présente aussi bien les éléments d’une série B hollywoodienne sur fond franchouillard azuréen que le comique absurde d’une répétition de pièce de théâtre dans les locaux d’un commissariat de police. Vivement Dimanche ! nous tient en haleine, sans angoisse ni frayeurs mais avec humour et légèreté.



L'ADIEU D'UN MONUMENT DU CINÉMA FRANÇAIS


Vivement Dimanche ! nous offre ici du Truffaut à l’état pur. On y retrouve son amour des femmes, son amour de la merveilleuse Fanny Ardant à la diction captivante, belle et sublime, on y retrouve Jean-Louis Trintignant, lui aussi égérie de la nouvelle vague, qui nous laisse toujours dans le doute quant à sa culpabilité. Par sa voix envoûtante, il joue formidablement son rôle d’agent immobilier accusé à tort. Tous deux sont entourés de personnages secondaires superbes et pittoresques. On ne peut que rappeler l’hommage de François Truffaut au grand Alfred Hitchcock en reprenant notamment le thème du faux coupable si cher au maître du suspense, sur fond d’histoire d’humour et d’amour. Truffaut a repris ici la recette d’un film hitchcockien pour le plus grand plaisir des spectateurs.

Ce qui saute aux yeux surtout dans ce film, c’est l’hommage que fait Truffaut à sa compagne Fanny Ardant. Sa caméra iconise les regards, les formes et l'élégance de l’actrice. On sent tout l'amour de Truffaut pour elle et à quel point ce long-métrage est une véritable déclaration d'amour à celle qui aura été sa dernière femme. Car effectivement, François Truffaut signe par Vivement Dimanche ! son dernier film et ainsi sa dernière déclaration au cinéma, à sa passion et à Fanny Ardant. Il tire sa révérence avec élégance et humour.




SCÈNE MYTHIQUE