top of page

Le Strabisme

En France, 4% des enfants seraient touchés par un strabisme et 2.5% de toutes tranches d'âges confondues.


Les Muscles Oculomoteurs


Pour pouvoir orienter le regard, un œil est composé de 6 muscles oculomoteurs :

- Droit Interne ou Médial (coté Nez)

- Droit Externe ou Latéral (coté Tempe)

- Droit Supérieur

- Droit Inférieur

- Grand Oblique ou Oblique Supérieur

- Petit Oblique ou Oblique Inférieur


Tous fonctionnent de paire entre agonistes et antagonistes, de manière à induire le mouvement des yeux. Lorsque les muscles fonctionnent normalement, c'est un équilibre qui est en place, les muscles travaillent donc en synergie, si l'un se contracte alors son antagoniste se relâche et la contraction sur l'autre œil sera de même intensité.

Par exemple : si l'œil veut regarder sur sa droite, alors le muscle droit latéral de l'œil droit va se contracter, son antagoniste le muscle droit médial de l'œil droit va se relâcher. Tandis que sur l'œil gauche c'est le muscle droit médial qui va se contracter et son antagoniste le muscle droit latéral qui va se relâcher.


Ces mouvements sont importants car ils permettent une vision nette, simple, binoculaire et confortable. Si un des muscles n'est pas en synergie avec les autres alors l'équilibre est rompu et peut engendrer des anomalies de la vision binoculaire comme une diplopie (vision double) ou une absence de vision binoculaire (c'est à dire qu'il n'y a qu'un seul œil qui travail).



Qui est concerné par le strabisme ?


Ce sont essentiellement les enfants qui vont présenter un strabisme. Néanmoins, le dépistage et la prise en charge pluridisciplinaire font que le strabisme est de nos jour pris en charge de plus en plus tôt et de mieux en mieux.

Il y a tout de même des valeurs de strabisme très importantes et pour lesquels aucun dispositif ne permettra une vision binoculaire normale.


Parmi les adultes, la plupart ayant un strabisme, font parti de la génération pour laquelle les moyens de dépistages n'étaient pas les mêmes que ceux dont on dispose aujourd'hui.

Au-delà, certaines tropies peuvent apparaitre à l'âge adulte, notamment quand la presbytie s'installe. En effet, les yeux ayant toujours pu compenser vont s'affaiblir avec la baisse de vision de près et n'auront plus 'l'énergie' pour fournir le travail de manière à maintenir les deux yeux alignés pour garantir la vision simple.



Le Strabisme qu'est-ce que c'est ?


Un strabisme aussi appelé tropie, est la résultante d'un déséquilibre entre les muscles oculaires, il engendre une déviation visible ou non d'un des yeux.

Ce déséquilibre peut être induit par plusieurs facteurs :

- Une faiblesse d'un des muscles

- Une hypertonie d'un des muscles

- Un excès de l'accommodation du cristallin (mise au point de l'œil)

- Une insuffisance de l'accommodation du cristallin

Le strabisme peut également être induit suite à un traumatisme/choc crânien ou proche de l'œil, une prise médicamenteuse qui peut aussi avoir un effet secondaire pouvant faire relâcher les muscles oculomoteurs, ou encore une pathologie pouvant paralyser les muscles oculomoteurs.


Lorsqu'un strabisme est dépisté, plusieurs éléments doivent être indiqués :

- Sa direction : horizontale, verticale ou cyclo c'est à dire en rotation

- Son atteinte : unilatérale ou alternant sur les deux yeux

- Sa fréquence : s'il est constant ou occasionnel

- Son degré de déviation : il se mesure en dioptrie prismatique



Quelles sont les conséquences d'un strabisme ?


Un strabisme peut avoir de multiples conséquences :

- Une diplopie : vision double

- Une suppression : un des yeux n'est plus pris en compte par le cerveau

Celles-ci peuvent s'accompagner de symptômes comme des céphalées, vision flou, fatigue oculaire ou encore vertiges … Sans oublier des difficultés de se concentrer longtemps en vision de près ou parfois même un torticolis car, sans s'en apercevoir, la position de la tête peut changer de manière à compenser le strabisme.



Comment et par qui est pris en charge un strabisme ?


Une fois le diagnostic posé par le médecin ophtalmologique, c'est l'orthoptiste qui prendra le relais. Pour commencer, un Bilan Orthoptique devra être fait, il permettra de vérifier d'où vient le problème : musculaire ou accommodatif ?

Ensuite, des séances de rééducations pourront être programmées afin de tonifier le(s) muscle(s) défaillant(s). Ces séances sont importantes et peuvent être accompagnées par des exercices à pratiquer à la maison.

Lorsqu'il y a une tropie assez conséquente accompagnée d'une diplopie, il est préconisé de porter des prismes sur les lunettes afin de corriger la déviation de l'image et de la rendre simple. Au fur et à mesure des séances de rééducations, les valeurs des prismes peuvent bouger, c'est pourquoi, en attendant la fin des séances et la valeur finale et définitive du prisme, un Press-On peut être préconisé. Il s'agit d'un prisme adhésif à moindre coût que l'on peut décoller lorsque sa valeur doit être changée, il permet de ne pas avoir à recommander plusieurs fois les verres des lunettes.


En parallèle, l'opticien devra préparer des lunettes en privilégiant une correction optique totale afin de faire relâcher l'accommodation et donc le travail oculaire.

C'est également à l'opticien de commander et d'installer les Press-On sur les verres des lunettes.


Dans certains cas les plus complexes, l'ophtalmologiste peut avoir recours à la chirurgie oculomotrice. Elle consiste à raccourcir le(s) muscle(s) faible(s) afin de réaligner le regard. Cette procédure est extrêmement complexe et n'assure pas une fiabilité certaine. Dans tous les cas, il est important de consulter plusieurs avis avant d'envisager une chirurgie.



Conclusion


Si vous vous rendez compte que votre enfant louche ou ferme un œil pour lire ou regarder au loin, il est important de l'emmener consulter pour un bilan visuel et orthoptique.

Le Strabisme est aujourd'hui connu et maîtrisé et des solutions existent afin de pallier à ce problème.

Des examens de dépistages sont normalement pratiqués par le pédiatre à partir de 2 mois. Les infirmières scolaires sont aussi formées afin de dépister en première lignes des problèmes de visions ou de troubles oculomoteurs. Malgré tout, il est important de faire consulter l'enfant par un ophtalmologiste vers ses 3ans ou pendant sa première année de maternelle.


Emy Cattin

Opticienne-Optométriste

Comentários


bottom of page