top of page
technologie-verre-correcteur-myopie.png

FREINATION DE LA MYOPIE

Freiner dès le plus jeune âge la progression de la myopie est essentiel aussi pour la santé visuelle de l’adulte : si une myopie faible augmente d’un facteur 2 à 3 le risque de cataracte, de décollement de rétine ou de maculopathie myopique (qui touche la partie centrale de la rétine), le risque est multiplié respectivement par 5, 20 voire 40 chez les personnes à forte myopie.

 

Non invasif, sûr et efficace, le port de ce verre par l'enfant myope permet une réduction de l'allongement de l'oeil d'en moyenne 60% comparé à un verre traditionnel.


Qu’est ce que la myopie ? 

 

La myopie est le défaut visuel le plus répandu, elle engendre une vision floue de loin. Elle peut être Axile, d’Indice ou Accommodative. 

  • Myopie Axile : elle dépend de la longueur axiale (la profondeur) de l'œil. Concrètement c’est un œil qui est trop long par rapport à sa puissance, l’image ne peut donc pas se former sur la rétine ce qui engendre le flou. C’est une myopie qui s’installe et évolue pendant la croissance de l’enfant. 

  • Myopie d’Indice : elle dépend de la puissance du cristallin, en effet, l’indice de ce dernier va évoluer et modifier sa puissance par sa perte de souplesse et engendrer une myopisation de l'œil. Elle apparaît généralement en même temps qu’une cataracte. 

  • Myopie Accommodative (pseudomyopie) : elle est liée à un travail prolongé en vision de près. En effet, le fait de travailler longtemps en vision de près va forcer l'œil à accommoder et le bloquer dans cet état de travail. Après quoi, regarder au loin deviendra flou et engendrera une myopie.

Qu’est ce que la myopie engendre sur la vision ? 

La myopie est un défaut visuel qui touche la vision de loin. Elle peut impliquer un défaut de contraste. 

Mais ce n’est pas tout, au delà de la vision, elle peut avoir un impact sur la santé oculaire, en effet la myopie est à surveiller de près notamment pour vérifier le Fond d’Oeil et s’assurer que la rétine ne soit pas distendue au point d’engendrer un déchirement ou un décollage de la rétine. De plus, les personnes myopes sont sujettes à des cataractes précoces et possiblement des Glaucomes. C’est pour cela qu’il est primordial de consulter un ophtalmologue régulièrement surtout lors d’une forte myopie.

Comment devient-on myope ?

 

Aujourd’hui, il est connu que l’environnement a un impact certain sur la vision. En effet, les activités intérieurs, les écrans (téléphone portable, ordinateurs), les éclairages artificiels et les distances de proximités sont des facteurs pouvant provoquer des débuts de myopie.

Néanmoins, la myopie peut être présente dès la naissance, c’est ce qu’on appelle une myopie congénitale. Elle est dans la majorité des cas héréditaire, c'est-à-dire qu’au moins un des deux parents est lui-même myope. 

Qu’est-ce que la myopie nocturne ? 

 

Elle peut être divisée en trois catégories :

  • La myopie crépusculaire : apparaît dans la pénombre 

  • La myopie nocturne : apparaît dans l’obscurité

  • Le Dark Focus : apparaît dans le noir total 

Concrètement, la myopie nocturne apparaît faute de luminosité. 

Lorsque l'œil regarde en pleine luminosité ce sont les cônes qui vont transmettre l’image au cerveau, tandis qu’en scotopique, ce sont les bâtonnets qui vont prendre le relais. 

Les cônes ou bâtonnets sont des neurotransmetteurs qui n’ont pas la même résolution des détails, en effet, les cônes vont être responsables de la vision centrale, fine et colorées ; les bâtonnets sont quant à eux responsables de la vision périphérique, et des contrastes noir/gris/blanc en vision nocturne, ils apportent donc moins de détails et engendre un effort accommodatif pour essayer de voir dans l’obscurité, c’est de là que vient la myopisation nocturne. 

Quand faut-il être suivi par un ophtalmologue ? 

Plus la myopie est forte et importante, plus les contrôles doivent être réguliers et rapprochés. En moyenne, un contrôle tous les ans suffit à vérifier l’évolution de la correction myopique et la santé oculaire avec la pratique de l’examen du fond de l'œil par le médecin ophtalmologue. 

 

Quelles solutions sont possibles pour compenser et/ou freiner la myopie ?

La première des solutions est le port de lunettes. Surtout pour les faibles myopies. Lors de cet équipement, la correction prescrite doit être la plus juste possible. Un examen sous skiacol peut être réalisé par l’ophtalmologue (gouttes permettant de neutraliser l’accommodation oculaire). Il est important de ne pas surestimer la myopie au risque de la faire évoluer encore plus et plus vite. Une addition pour des verres anti-fatigues ou progressifs peut être prescrite afin de limiter l’accommodation, ce qui pourrait freiner voire réduire la myopie.

Pour les plus jeunes (avant 8 ans) certains verriers ont confectionné un verre permettant de lutter contre la myopie ; son principe est d’avoir une vision claire en partie centrale du verre et de créer une défocalisation en périphérie avec le biais d’une géométrie alvéolaire (nid d'abeilles), c’est cette défocalisation qui va permettre à l’oeil de ne pas forcer en fonction des distances et, de ce fait, permettrait de ralentir la progression myopique.

La deuxième solution est la Lentille. Plusieurs ports sont possibles :

  • Pour les faibles myopies : l’Orthokératologie est une bonne solution, elle consiste à porter une lentille pendant le temps de sommeil, celle-ci va remodeler la cornée de manière à l’aplatir. Cette technique permet de ce fait à ne pas porter de lentilles ou de lunettes pendant la journée. Attention cette solution n’est pas efficace dans tous les cas et ne convient que difficilement aux personnes presbytes, l’adaptation de cette lentille est plus longue et nécessite de la patience et de la motivation.

  • Pour les faibles myopies aux myopies modérées : les lentilles souples traditionnelles peuvent être suffisantes, elles permettent de compléter l’équipement lunettes. Elles peuvent être portées de manière journalière pour des activités occasionnelles, ou alors plus quotidiennement en mensuelles, en complément au port de lunettes… 

  • Pour toutes les myopies faibles à fortes : les lentilles rigides sont une bonne solution. Elles permettent plus de choix au niveau de la correction visuelle, elles diminuent les risques d’infections et peuvent s’adapter sur tout type de cornée. 

 

La troisième solution est complémentaire aux deux cités ci-dessus. Il s’agit de l'entraînement visuel. Le but n’étant pas de freiner ou de diminuer la myopie mais plutôt d’habituer l'œil à avoir une meilleure interprétation d’une image floue. 

 

De plus, certaines myopies évolutives peuvent être freinées par des agents pharmaceutiques. Cette solution concerne les évolutions myopiques sévères chez les enfants, et nécessite un suivi rigoureux avec l’ophtalmologue prescripteur. Ce principe consiste à limiter l’accommodation du couple oculaire par des agents inhibiteurs. 

Quels sont les conseils pour éviter de devenir myope ? 

Tout d’abord, il est primordial de passer du temps en extérieur, surtout pour les enfants en pleine croissance qui développent leur système visuel. L’environnement extérieur permet dans un premier temps de solliciter la vision de loin et dans un second temps il est éclairé par une lumière naturelle. 

Ensuite, pour les personnes travaillant sur écran et en vision de près toute la journée, il est important de faire des ‘pauses visuelles’ pour relâcher l’effort accompli par les yeux lors de la tâche en vision de près en regardant au loin à travers une fenêtre.

 

Coffignon, opticien expert et lunetier artisanal depuis 1928.

bottom of page